Bénévole depuis toujours et fière de l’être

Pour Pauline Thibault-Bélisle, le bénévolat est un mode de vie à temps plein. Elle en fait pour la Fabrique de Sainte-Anne-du-Lac, là où elle habite. Et elle en fait pour la Croix-Rouge depuis 1985, couvrant le vaste territoire de la MRC d’Antoine-Labelle, dans les Laurentides. Lorsque Pauline a débuté à la Croix-Rouge, elle travaillait encore à temps plein comme gardienne dans un kiosque de chasse et pêche. Maintenant retraitée à 70 ans et des poussières, Pauline continue de s’investir corps et âme pour le bien-être de sa communauté.

Des débuts plutôt difficiles
« J’ai commencé à la Croix-Rouge avec ma sœur, Irène. À l’époque, on était une équipe de cinq ou six bénévoles. Lorsque le responsable pour la Croix-Rouge dans notre secteur, monsieur Legault, a quitté parce qu’il était assez âgé, le groupe s’est défait. Je me suis retrouvée seule avec ma sœur pour couvrir toute la MRC. On a recruté une personne à Sainte-Anne. À trois, ça aidait à répartir un peu les tâches, mais on avait quand même beaucoup à couvrir. Je me souviens d’un incendie à Mont-Laurier où j’ai dû me rendre un soir de tempête. On ne voyait ni ciel ni terre. Les gens étaient contents de nous voir arriver. »

Marquée pour la vie

« Ma sœur et moi, on sait ce que c’est de tout perdre et on est beaucoup plus sensible à ceux qui perdent tout. Lorsque j’avais 7 ans, ma maison a passé au feu. J’étais à l’école avec mes frères et sœurs, et quand on est revenu à la maison, ça flambait. C’est là qu’on a réalisé qu’il nous restait juste le linge qu’on avait sur le dos. Ces événements nous marquent pour la vie. C’est de là que vient mon intérêt pour la Croix-Rouge. »

De toutes les interventions dont se souvient Pauline, celle impliquant une famille avec trois enfants survenue il y a environ sept ans l’a particulièrement touchée. « Ils avaient tout perdu dans l’incendie. Les enfants voulaient avoir leurs jouets et ils n’avaient plus rien. C’était en plein hiver. Avec ma sœur, on leur a donné des toutous et des couvertures, et on a amené la famille se réchauffer. On leur disait qu’il leur reste la vie et tout l’avenir. Mais c’est certain que quand on passe au feu… »

Depuis, Pauline a recruté une autre de ses sœurs pour faire partie de l’équipe. Comme quoi le bénévolat est une affaire de famille chez les Thibault !

« C’est gratifiant de faire du bénévolat, pas pour les honneurs, ce n’est pas ça qu’on cherche, mais parce que tu te dis « j’ai pu aider quelqu’un aujourd’hui ». C’est ça qui est important. C’est un travail que j’aime et tant que j’aurai la santé, je vais continuer. »

En cette Journée mondiale du bénévolat, nous tenons à remercier Pauline et tous les bénévoles qui nous permettent d’accomplir notre mission ici et ailleurs dans le monde.
croix_saguenay_8mai09

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s